Dans mes séances personnalisées à Gujan-Mestras, je réalise un travail sur les points d’acupuncture par différentes techniques.


Tout "l'art" consiste en l'établissement d'un "bilan énergétique" adapté qui permettra de définir le niveau d'action et l'ensemble des "points d'acupuncture" à solliciter dans la séance :

  • action au niveau des "3 foyers" s'il s'agit d'optimiser le fonctionnement naturel des plans respiratoire, digestif, ou gynécologique, ou de grands points de circulation pour permettre une plus libre circulation de l'énergie entre le haut et le bas du corps,
  • action au niveau des "axes énergétiques"  pour travailler sur les "compensations climatiques".,
  • action au niveau des "organes/viscères" que l'on aide à détoxifier ou à soutenir dans leur fonction,
  • action au niveau des "grands points de méridiens" s'il s'agit d'un souci locomoteur,
  • action au travers des "5 Éléments" quand l'émotionnel est concerné, ou s'il s'agit d'une problématique saisonnière (prévenir ou aider à contenir les allergies saisonnières par exemple), ou encore si le climat du moment perturbe l'expression de la saison en cours (chaque saison est en "résonance" avec un "organe/viscère" qu'elle va stimuler tout particulièrement dans "sa" saison mais qui peut être déficitaire ou en excès de fonctionnement, notamment si le climat ambiant n'est pas en phase avec la saison : l'immunité sera mal stimulée si l'automne n'est pas très présent, le rein ne se rechargera pas correctement si l'hiver est trop doux, etc.).

C’est pourquoi la Médecine Chinoise met l’accent sur l’importance et l’intérêt de consulter aux « changements de saison » pour optimiser les « organes – trésors – / viscères – ateliers –  » et faire de la prévention, car toutes les fonctions de l’organisme se trouveront ainsi optimisées au fur et à mesure du déroulement de l’année !

Le bilan énergétique dressé en amont du traitement énergétique est primordial : il s’appuie non seulement sur l’anamnèse (ce que la personne va dire de ses maux), mais il fait également appel à la « palpation » abdominale ou de certains points spécifiques de méridiens, à l’observation de la langue qui renseigne essentiellement sur l’état du digestif, à l’attention portée aux zones de froid ou de chaleur du corps, de vide ou de plein, etc., et aussi à la prise du pouls radial « chinois » (voire des pouls périphériques au besoin (pouls pédieux, etc.) ), élément du diagnostic énergétique absolument incontournable et fondamental pour éclairer l’état énergétique actuel de la personne.